200 ans de relations franco-helléniques, Implication de la France au Bicentenaire de l’Indépendance de la Grèce [el]

Grèce - Bicentenaire de l’indépendance de la Grèce - Implication de la France - Réponse du ministère de l’Europe et des affaires étrangères à une question écrite à l’Assemblée nationale (Paris, 24/12/2019)

Extrait du bulletin d’actualité du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

« Le rôle joué par la France afin d’aider la Grèce, en 1821, à conquérir son indépendance face à l’empire ottoman, est au fondement de la relation d’exceptionnelle confiance qui unit nos deux pays. Comme l’a lui-même déclaré le Premier ministre Mitsotakis lors de sa visite à Paris, le 22 août dernier, « les relations entre nos deux pays sont historiques, profondes et perdurent. »

Les relations bilatérales entre nos deux pays ont été renforcées dans de nombreux domaines dans le cadre du partenariat stratégique établi en 2015 (politique, économique, linguistique et éducatif, culturel, défense). Ces relations sont également fondées sur une vision commune des principaux enjeux européens, mise en avant notamment lors de la visite d’État en Grèce du président de la République en septembre 2017.

Lors de la première visite à Paris du Premier ministre Mitsotakis en août dernier, les deux parties ont marqué leur volonté de poursuivre dans cette voie. La volonté du président de la République et du gouvernement, dans ce contexte historique et politique, est de contribuer pleinement au succès des commémorations du 200e anniversaire de l’indépendance de la Grèce. Les deux ministres de la culture ont évoqué cette question lors de leur rencontre le 15 novembre dernier.

L’implication de la France, qui est en cours de définition, devrait se situer à plusieurs niveaux : coopérations entre musées (notamment le musée du Louvre et le musée de l’Acropole, avec des prêts d’oeuvre de l’Antiquité grecque), programmation d’Elefsina, qui sera capitale européenne de la culture en 2021, programmation spécifique de l’Institut français de Grèce, et enfin contribution qui sera sollicitée par la Grèce auprès de la France pour son propre programme d’événements, au titre des États qui à partir des années 1820, ont joué un rôle moteur dans la promotion du « philhellénisme ». Cette échéance constituera l’un des axes forts de nos échanges bilatéraux dans l’année à venir./. »

(Source : site Internet de l’Assemblée nationale : Question N° 22909 de Mme Marietta Karamanli, députée de la Sarthe - réponse du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères le 24/12/2019)

dernière modification le 20/01/2020

haut de la page