Article d’Olivier Descotes, "Grèce : un pays francophone et francophile" [el]

Olivier Descotes, directeur de l’Institut français de Grèce et conseiller de coopération et d’action culturelle auprès de l’ambassade de France en Grèce, a publié un article dans le supplément EPTA du journal ELEFTHEROTYPIA paru le 11 décembre 2011, sous le titre "Grèce : un pays francophone et francophile".

Télécharger l’article

JPEG - 178 ko
Άρθρο του Olivier Descottes (11/12/2011) στην Ελευθεροτυπία
Κάντε κλίκ στην εικόνα για να κατεβάσετε το άρθρο

Traduction de l’article en français

La Grèce est un pays francophone et francophile.

Partout en Grèce résonne le refrain de Zaz Je veux (« Donnez-moi une suite au Ritz, je n’en veux pas !... »). Cinéma et musiques français, études supérieures dans des pays francophones, quelques jours à Paris, voilà le viatique du grec cosmopolite, ouvert sur l’Europe et le monde. L’attrait culturel et linguistique de la France est ici perceptible et, dès l’enseignement primaire, public ou privé, une jeune relève apprend le français. Au-delà des variations régionales (l’Attique serait plus francophone, dit-on), l’apprentissage de cette langue en Grèce se porte bien. En 2010, environ 300 000 élèves l’apprenaient dans le système éducatif et en 2011, malgré les derniers changements éducatifs, la majorité des familles souhaitent que leurs enfants apprennent le français comme deuxième langue vivante.

Comme le savent bien les parents, maîtriser le français constitue un atout incontestable pour l’avenir, une plus-value éducative remarquée par les employeurs francophones, qui sont nombreux en Grèce. Les échanges économiques sont facilités par le partage d’une langue, des accords sont plus aisément conclus entre partenaires de cultures communes.

Les Grecs ont toujours été polyglottes. Cela témoigne d’une ouverture d’esprit remarquable et, surtout, au regard de l’évolution du pays, cela constitue des ressources humaines à venir bien formées en langues, donc plus efficaces à l’international. Cette propension des citoyens grecs à apprendre les langues correspond pleinement aux priorités retenues pour l’éducation par les pays membres de l’Union européenne, qui se sont donnés comme objectif de développer l’enseignement de deux langues vivantes dans leurs systèmes éducatifs afin de bâtir une Europe du Savoir. A l’heure actuelle, le français est la deuxième langue vivante apprise en Grèce ; c’est la deuxième langue étrangère la plus pratiquée dans l’Union européenne, où elle est langue officielle, comme à l’ONU ou à l’UNESCO.

Quelques chiffres significatifs : en 2010, 36 752 candidats se sont présentés aux examens du ministère français de l’Éducation nationale (le DELF et le DALF, reconnus dans 164 pays) et de l’université de la Sorbonne, plaçant la Grèce au premier rang mondial, en proportion de sa population. Nos certifications en langue sont proposées partout, en Attique et à Thessalonique, dans 48 villes de province, îles comprises. Ces six dernières années, plus de 200 000 élèves ont ainsi obtenu des diplômes de français de différents niveaux du Cadre européen de référence pour les langues.

Mais il est permis de penser qu’au-delà de l’aspect utilitaire, si, avec l’anglais, on apprend aussi le français, c’est par goût ou par curiosité ! C’est pourquoi nous avons choisi de proposer « toutes les saveurs du français » à l’Institut français, à Athènes comme à Thessalonique, des cours pour débutants, pour enfants ou pour adultes aussi bien que des cours spécialisés. L’augmentation sensible des cours de langues dispensés dans ces établissements, malgré la sévérité de la crise, reflète bien le choix des familles et des professionnels grecs.

Mais les aspects linguistiques ne suffisent pas à décrire les profondes affinités culturelles entre la France et la Grèce. Cette amitié ancrée dans l’histoire se décline aujourd’hui en multiples réseaux de créateurs, de professeurs, de chercheurs scientifiques, de médecins, d’avocats, qui ont cette langue et cette culture en partage dans bien des secteurs d’activité.

L’Institut français de Grèce, depuis plus d’un siècle, s’est toujours efforcé d’être à l’écoute du peuple grec, en particulier dans les moments les plus difficiles, pour répondre aux demandes d’échanges linguistiques, artistiques et culturels qui se sont, en tout temps et en tous lieux, manifestées à lui. Nous construisons ensemble, au jour le jour, un avenir où les jeunes Européens continueront à rêver et où, tout en restant profondément attachés à leur culture, ils garderont intacte cette envie de découvrir d’autres langues, d’autres cultures, d’autres horizons.

Olivier Descotes
Directeur de l’Institut français de Grèce
Conseiller culturel de l’ambassade de France

dernière modification le 14/12/2011

haut de la page