Christophe Lemarié, Pernod Ricard [el]

Qui suis-je ?

J’ai été nommé directeur général de Pernod Ricard Hellas en septembre 2011. Entré dans le groupe Pernod Ricard en 1989, j’y ai fait toute ma carrière, depuis les débuts chez Orangina (à l’époque propriété du groupe) à Genève, puis dans une succession de postes qui nous ont fait découvrir le Japon, le Canada et, ces dix dernières années, New York, ou j’étais responsable de la filiale Duty-Free et marchés Caraïbes et Centre-Américains.

JPEG

Je suis marié avec Christine, et nous avons un garçon de 14 ans, Hély. Depuis mai 2011, la famille s’est agrandie avec l’arrivée d’un chaton recueilli… à Mykonos !

Entretien avec Christophe Lemarié

- Vous êtes arrivé à Athènes en 2011. Quelles étaient vos premières impressions ?

Je suis arrivé à Athènes le 3 septembre 2011, en provenance de New York. C’était la première fois que je venais en Grèce. Inutile de dire que le choc fut grand ! Bien sûr, je connaissais la situation économique du pays, et les difficultés qu’il traverse. Etant passionné d’histoire, j’étais aussi impatient de partir à la découverte de son immense patrimoine culturel et historique. Mais pour le reste, j’arrivais en « terra incognita ».

Comme vous pouvez vous y attendre, les premières impressions ont été confuses. Il y a l’émotion ressentie devant les vestiges d’un passé glorieux, et dont nous sommes tous les héritiers, l’excitation de découvrir ses musées… mais aussi l’étonnement devant les poches de misère criante, l’état de délabrement de certains quartiers ou infrastructures…

Une vraie découverte a été celle des Grecs eux-mêmes, et en particulier de l’équipe locale de Pernod Ricard. Dans le contexte actuel, j’ai été impressionné par sa qualité. Plus que leur professionnalisme certain, c’est leur passion et leur excellent moral qui m’ont frappé. Un an plus tard, cette première impression ne s’est pas démentie.

- Que représente exactement Pernod Ricard en Grèce ? Est-ce que le secteur en question est menacé par la crise que traverse ce pays ?

Pernod Ricard Hellas est le deuxième importateur de spiritueux internationaux en Grèce, avec une part de marché de 18%. Outre les grandes marques internationales (whiskies Chivas, Jameson, Ballantine’s et the Glenlivet, vodka Absolut, rhum Havana Club, gin Beefeater…), nous produisons également l’ouzo Mini, numéro deux de la catégorie, et le vinaigre Top, bien connu des Grecs.

Le secteur des spiritueux a été l’un des plus durement frappé par la crise. Par rapport à 2008, la consommation a chuté de 38%. A cela, il y a plusieurs raisons :
- La baisse de la consommation, liée à la diminution du pouvoir d’achat.
- Un triplement des droits d’accises, joint à la hausse de la TVA.
- Enfin, une évolution des mœurs de consommation, sous l’influence de la crise. Certains modes de divertissement sont en déclin, comme les sorties nocturnes dans les bouzoukia, d’autres se développent, comme les bars / lounges en début de soirée.

Malgré tout, la Grèce reste un marché important. La consommation per capita reste supérieure à la moyenne de l’Union européenne, et au milieu du déclin général de la consommation, certaines catégories, sur lesquelles nous sommes bien représentés, parviennent à croitre.

- Quelles sont vos perspectives pour les années à venir ?

Il est difficile de prédire ce que réserve l’avenir. La Grèce traverse une épreuve historique, dont on peut espérer qu’elle sortira plus forte. Pour autant, il serait illusoire d’espérer un redressement rapide, et encore plus un retour à la situation qui prévalait avant la crise. Il est probable qu’il faille se préparer à encore plusieurs mois, voire années, de difficultés économiques, peut-être encore intenses.

Une chose est certaine toutefois : le marché grec restera un marché important en Europe, et Pernod Ricard continuera d’y appliquer sa stratégie, qui est de distribuer nos marques à travers nos réseaux.

Ceci étant posé, il est de la responsabilité d’une entreprise de préparer et d’anticiper. La principale question à laquelle nous devons essayer de répondre est simple : à quoi ressemblera le consommateur grec de demain ? En quoi la crise aura-t-elle modifié ses habitudes, en terme de sorties, de gouts, de consommation… ?

C’est de notre capacité à trouver les réponses justes que dépendra le succès de Pernod Ricard en Grèce.


En savoir plus

Site officiel www.pernod-ricard-hellas.com

dernière modification le 16/11/2012

haut de la page