Clôture à Athènes du Festival du Film Francophone de Grèce 2012 [el]

La cérémonie de clôture de la 13ème du festival du film francophone de Grèce s’est déroulée le mercredi 28 mars 2012 au « Cinéma Idéal » à Athènes avec la projection du film « Mon pire cauchemar » d’Anne Fontaine.

Présentée par le journaliste, Prokopis Doukas, la soirée a débuté avec la projection d’un documentaire rétrospectif sur le festival du film réalisé par les élèves du Lycée Franco-Hellénique Eugène Delacroix.

L’ambassadeur de France, Jean Loup Kuhn-Delforge, a tiré un bilan positif de cette 13ème édition et a fixé rendez vous l’année prochaine pour la 14ème édition du festival du film francophone de Grèce.

Ce soir s’achève la treizième édition du Festival du Film Francophone de Grèce.

Ensemble, nous avons ouvert le festival en évoquant la mémoire de Théo Angelopoulos pour qui la croisée des regards était une des vertus principales du cinéma.

Le regard a bel et bien été le leitmotiv de cette édition 2012…

« Gardons les yeux ouverts pour ceux qui les gardent fermés » inscrivait cette semaine le cinéaste Tony Gatlif dans le livre d’or de l’Institut Français de Grèce.

Nous avons bien suivi ses conseils :

A l’heure du bilan, après avoir effectué un tour de la francophonie en 7 jours, 51 films et 85 séances, j’ai la certitude que le regard des milliers de spectateurs qui ont gardé les yeux grand ouverts, a croisé avec passion, enthousiasme et ferveur celui des cinéastes présentés.

Des « Intouchables » à « Mon pire cauchemar », de l’ouverture à la clôture, nous sommes restés fidèles à ce fil conducteur : « tout dépend de ton regard ».

« Tout dépend de ton regard » pour contredire les clichés, accepter l’altérité, comprendre l’autre, harmoniser les contrastes…

Cette année, le cinéma francophone se porte bien : à la réussite commerciale des « Intouchables » répond le succès de « The Artist ». Je m’en réjouis, mais je suis également heureux de constater que la curiosité de notre public ne se limite pas à ces deux films au destin et à la notoriété exceptionnels.

Le public du festival s’est aussi pressé dans les salles pour découvrir d’autres œuvres parfois plus radicales ou plus fragiles, des documentaires, des premiers films sans distribution prestigieuse, dialoguer avec les auteurs, les interroger, souvent en contrepoint de la situation en Grèce.

C’est cette variété qui fait la force du cinéma francophone.

Ce festival n’aurait pu voir le jour sans le soutien de nos partenaires institutionnels et commerciaux, sans les ambassades francophones en Grèce dont je salue l’engagement dans cette œuvre commune, sans les distributeurs et les salles de cinéma, sans les volontaires, sans l’équipe de l’Institut Français de Grèce producteur du festival…et surtout sans le public.

Je les en remercie et je vous fixe rendez vous l’année prochaine pour la 14ème édition du festival du film francophone de Grèce.

Remise des prix – deux films lauréats

La cérémonie des remises des prix a eu lieu en présence du président du jury, Vassilis Alexakis, des membres du jury, Michel Demopoulos, Amanda Livanou, Clémence Poésy, Giorgos Tsemberopoulos et des partenaires des prix.

Les membres du jury, en présence de l’actrice grecque francophone Zéta Douka, ont récompensé les deux films lauréats : « Une vie meilleure » de Cédric Kahn, primé par Le Prix du jury et « L’exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller, primé par le Prix du public.

Le 13ème Festival du Film Francophone se poursuit comme tous les ans à Thessalonique (du 29 mars au 4 avril 2012).


Pour en savoir plus :

www.ift.gr

dernière modification le 27/03/2018

haut de la page