Réforme administrative : L’Ambassadeur à la présentation de la stratégie nationale de réforme de l’administration publique grecque (30/8/2017) [el]

Christophe Chantepy, ambassadeur de France en Grèce, a assisté à la présentation du programme « Stratégie nationale pour la réforme administrative 2017-2019 » prononcée par Alexis Tsipras, Premier ministre de la République hellénique, qui s’est tenue mercredi 30 août 2017 au Musée Benaki (rue Peiraios).

Le Premier ministre grec a présenté les propositions du gouvernement grec et s’est engagé à moderniser le secteur public grâce à un plan triennal.

A cette occasion l’ambassadeur a prononcé un discours d’ouverture évoquant le savoir-faire et l’assistance technique apportée par la France à la modernisation de l’administration grecque grâce à Expertise France.

Il a mentionné « C’est un vaste et beau projet. Parce que la relation entre le citoyen et son Etat, entre l’usager des services publics et son administration, est l’élément essentiel qui caractérise l’Etat de droit et l’Etat social. » et a ajouté « Au cœur de ce chantier, et au-delà des aspects techniques, il y a une chose fondamentale : la confiance mutuelle entre le citoyen et l’Etat, entre l’usager des services publics et l’administration. »

Allocution intégrale de Christophe Chantepy, ambassadeur de France en Grèce

Je vous remercie de m’avoir invité ce soir pour la présentation de la stratégie nationale de réforme de l’administration publique.

C’est un vaste et beau projet. Parce que la relation entre le citoyen et son Etat, entre l’usager des services publics et son administration, est l’élément essentiel qui caractérise l’Etat de droit et l’Etat social.

Sans Etat qui organise, qui protège, qui préside à la redistribution des richesses créées et qui régule, la vie en société se réduit à la loi de la jungle, où toujours le plus fort ou le plus malin l’emporte. Nos démocraties se distinguent en ce qu’elles ont proposent aux citoyens un projet de société où la règle est claire, connue, respectée, juste et où l’intérêt général s’exprime fortement face aux intérêts particuliers. La construction d’un Etat moderne et d’une administration efficace sont une demande des citoyens, et il faut répondre à cette demande.

Le chantier de la réforme de l’administration publique a été ouvert partout en Europe, et ailleurs dans le monde. C’est d’ailleurs un chantier permanent, parce qu’il faut toujours adapter, améliorer, corriger.

Au cœur de ce chantier, et au-delà des aspects techniques, il y a une chose fondamentale : la confiance mutuelle entre le citoyen et l’Etat, entre l’usager des services publics et l’administration. Si l’administration ne fait pas confiance au citoyen, elle va l’accabler de procédures complexes et inutiles, le contrôler au-delà de toute raison, et elle va se rendre odieuse et inefficace. Si le citoyen ne fait pas confiance à l’administration, il va éviter l’administration, lui mentir, et construire ses projets en marge de l’Etat.

Le premier message d’une réforme de l’administration publique, qu’il appartient au politique de porter, est donc celui de la construction de la confiance : « citoyen, je te promets que nous allons construire une administration qui t’écoute et te réponde ; fonctionnaire, je te dis que ton premier devoir est d’écouter le citoyen et de lui apporter les réponses à ses questions ».

Je sais les efforts qui ont été entrepris en Grèce pour améliorer le fonctionnement de l’administration. Je sais les tensions que l’adoption à un rythme très rapide de très nombreuses réformes dans le cadre des programmes d’aide a provoquées. Je sais les interrogations et les inquiétudes que le changement peut faire naître parmi les fonctionnaires - pendant deux ans, j’ai été directeur de cabinet du ministre de la réforme administrative, Michel Sapin. Je sais l’impatience légitime des citoyens pour que les choses s’améliorent vraiment.

Depuis deux ans que j’ai l’honneur et le bonheur de représenter mon pays en Grèce, j’ai rencontré deux types de souffrances : la souffrance sociale provoquée par la crise économique, mais aussi la souffrance de devoir se battre pour se faire entendre de l’administration.

Le chantier que vous ouvrez aujourd’hui est donc un chantier attendu et infiniment utile. Pour le bien-être des citoyens, pour le développement de l’économie, et tout simplement pour la réconciliation entre la société et son Etat.

Pour mener à bien ce chantier, vous savez pouvoir compter sur le soutien et les conseils de la France. Personne ne peut dire : « mon administration est parfaite », et, je l’ai dit, de toute façon, la réforme doit être permanente. Mais la France est chef de file pour le soutien à la réforme de l’administration grecque, et nous sommes très heureux du travail que nous avons déjà pu faire ensemble, notamment grâce aux équipes d’Expertise France.

Le contrat d’assistance d’Expertise France comportait de nombreux thèmes : organisation générale, gestion des ressources humaines, gouvernement numérique, coordination interministérielle, fiscalité, gestion des participations publiques.

Ce contrat est en cours de renouvellement pour deux ans à partir de la fin 2017. Il prolongera celui qui s’achève, et portera aussi sur de nouveaux domaines, comme la codification des lois, la transparence et la responsabilité, l’amélioration de la qualité des services rendus à l’usager.

Comme on dit en français : « il y a du pain sur la planche ». Cela veut dire qu’il y a beaucoup de travail, mais aussi une récompense au bout de l’effort. Je forme les meilleurs vœux pour votre travail soit fructueux.

Je vous remercie./.

dernière modification le 04/09/2017

haut de la page