Message aux compatriotes de Patrick Maisonnave, ambassadeur de France en Grèce

Message de Patrick Maisonnave, Ambassadeur de France en Grèce adressé aux Françaises et Français de la communauté en Grèce et aux compatriotes de passage en Grèce.

#Coronavirus
#Covid19

JPEG

Françaises et Français résidant en Grèce ou de passage,

Chers compatriotes,

La Grèce entre à son tour dans le confinement. Je vous demande de l’appliquer scrupuleusement. Il n’y a pas de meilleure solution. C’est une discipline à laquelle nous devons impérativement nous plier pour protéger celles et ceux que nous aimons, nous protéger nous-mêmes et ralentir autant que possible la propagation du virus en Grèce.

Si aucune raison impérative ne vous oblige à sortir (une activité professionnelle qui ne peut être exercée de chez vous, des achats de subsistance ou à la pharmacie), restez chez vous ! Trop de gens encore en ville, dans les îles ou sur les plages, qui prennent le risque de contaminer ou d’être contaminés. C’est un mode de vie que nous devons inventer, chacun chez soi, avec endurance mais aussi avec bienveillance. Nul ne sait avec certitude combien de temps cette période va durer. Elle va nous éprouver, tester nos limites, notre patience : nous devons nous soutenir mutuellement, nous rassurer, prendre soin les uns des autres. C’est un effort que je demande à chacune et à chacun, parce que nous aimons la Grèce et son peuple qui nous accueille et parce que notre communauté m’importe plus que tout.

De nouveau, j’invite celles et ceux qui, parmi vous, se trouvent encore de passage en Grèce, soit parce qu’ils y sont en vacances, soit parce qu’ils y poursuivent des études, à prendre les dispositions nécessaires pour rentrer en France dès que possible, tant que les vols commerciaux opèrent. Et j’invite celles et ceux qui sont dans l’impossibilité de rentrer à se signaler auprès des services consulaires de l’Ambassade, tant à Athènes qu’à Thessalonique : faites-nous parvenir vos coordonnées, notamment votre courriel, afin que nous puissions maintenir le lien au cours des jours et semaines qui viennent. L’épreuve sera longue.

Le nombre de personnes infectées continue et continuera de croître. Le nombre de victimes également. Le gouvernement grec a pris des mesures nécessaires, d’ailleurs inspirées par les décisions qui ont été adoptées en France. L’hôpital public sort affaibli d’une décennie de crise, mais je salue la mobilisation qui est en cours. Du personnel médical a été embauché, les hôpitaux privés et les capacités médicales de l’armée grecque sont prêts à être sollicités. Je suis, comme vous tous, admiratif du courage et de l’abnégation des personnels de santé en Grèce, en France et ailleurs dans le monde. Admiratif des personnels qui, dans les autres services publics, continuent de nous informer et de veiller à notre sécurité. Admiratif de toutes celles et de tous ceux – dans l’industrie agro-alimentaire, les transports, les communications, les services de base – qui continuent de travailler pour que nos besoins essentiels soient chaque jour assurés.

Pensées émues vers celles et ceux que la cessation d’activité expose au chômage et à la perte de revenus. Je connais l’importance des solidarités familiales en Grèce. Les institutions européennes ont pris les décisions nécessaires pour que chaque gouvernement puisse apporter un soutien indispensable à son économie. C’est un soulagement, notamment pour la Grèce, déjà durement éprouvée, et qui commençait à retrouver le chemin de la croissance. Cette crise laissera des traces mais, comme par le passé, je n’ai aucun doute que la France se tiendra au côté de la Grèce.

Ce temps de confinement est un temps de résistance. Il peut être aussi le moment de nous retrouver autour de l’essentiel : la fraternité de notre devise nationale, qui est un devoir sacré.

Je vous invite à protéger votre santé et celle de vos proches. Restons en contact les uns avec les autres. Et portez-vous bien !

En savoir plus

Coronavirus Covid-19 : situation en Grèce
Numéros utiles #coronavirus

dernière modification le 24/06/2020

haut de la page