Palmes académiques à l’Institut français de Grèce [el]

Olivier Descotes, conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Grèce et directeur de l’Institut français de Grèce, a remis, le mardi 12 novembre 2014, au nom du ministère l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, les insignes d’Officier des Palmes Académiques à Mme Vana Xenou, M. Nikos Alivizatos et M. Nikos Bakounakis, en hommage à leur professionnalisme et leur engagement dans le domaine de l’éducation, des sciences et des arts, ainsi qu’à Mme Marie-Christine Vandoorne, attachée culturelle auprès de l’ambassade de France en Grèce.

JPEG - 106.5 ko
Olivier Descotes, Nikos Alivizatos, Vana Xenou, Nikos Bakounakis, Marie-Christine Vandoorne, Nicolas Christodoulou
Institut français de Grèce

Distinction créée en 1808 par Napoléon Ier et destinée à honorer les dignitaires de l’Université impériale, les Palmes académiques sont devenues en 1866 une décoration pouvant être attribuée à des personnalités de l’ensemble du monde de l’Education ayant rendu des services remarquables dans l’enseignement, ainsi qu’à des personnes françaises ou étrangères ayant œuvré pour la langue et la culture françaises ainsi que dans les sciences et les arts.

Nikos Alivizatos

Juriste spécialisé en droit public, Nikos Alivizatos a fait des études de droit à Athènes avant de rejoindre la France où il obtient son doctorat à l’université Paris V. Dès 1980 il enseigne à l’université de droit d’Athènes et devient professeur titulaire en 1992. Au-delà de son activité d’enseignement, Nikos Alivizatos exerce comme avocat auprès du Conseil d’État hellénique ainsi que devant la Cour européenne de Strasbourg. Très sensible aux questions des droits de l’homme, il est également membre du conseil d’administration de la ligue grecque des droits de l’homme et a été membre de l’Autorité pour la protection des données grecques. Auteur de nombreux ouvrages, articles et contributions en droit public, on citera en 2012 Quelle démocratie pour la Grèce après la crise ou encore Histoire de la Grèce du 20e siècle (2003), La Grèce durant la décennie 1940-1950 (1984), ou encore, paru en France, Les institutions politiques de la Grèce à travers les crises, 1922-1977, Paris, LGDJ, 1979.
Nikos Alivizatos est un spécialiste du droit public hellénique reconnu dans son pays comme à l’étranger, en France notamment. Il a ainsi été professeur invité dans plusieurs universités anglaises et américaines renommées. Ses contributions sur des questions d’actualité politique et juridiques paraissent fréquemment dans Kathimerini, quotidien de référence, mais également dans des revues françaises, comme la revue internationale de droit comparé.

Lors de son intervention durant la cérémonie, Nikos Alivizatos a souligné combien il est reconnaissant envers cette France de sa jeunesse, pour lui avoir appris à toujours être ouvert au monde et aux défis que celui-ci adresse à tous ceux qui refusent de s’enfermer dans l’univers clos de leur nation.

Nikos Bakounakis

Après des études de droit à Athènes, Nikos Bakounakis se tourne vers la France où il obtient un doctorat en histoire et civilisations à l’École des hautes études en sciences sociales. Il mène de front une carrière de journaliste culturel dans "To Vima", quotidien grec de référence où à partir de 1997 il devient rédacteur en chef du supplément culturel, et en parallèle, à partir de 2004, enseigne le journalisme comme professeur associé à l’université Panteion. Unanimement reconnu pour sa vaste culture, sa profonde connaissance de l’histoire grecque des XIXe et XXe siècles, mais également de la littérature européenne, Nikos Bakounakis est également traducteur d’ouvrages, notamment de Gérard Spitéri ou Jacqueline de Romilly. En tant que journaliste et rédacteur en chef des pages culturelles, il n’a de cesse de donner une place privilégiée aux événements artistiques, littéraires et scientifiques du monde francophone. En 2006 il est représentant de la Grèce aux États généraux de la Francophonie à Bucarest, et depuis intervient fréquemment comme éditorialiste ou animateur de reportages sur la francophonie et le monde francophone. Grâce à son activité d’enseignant, il œuvre également pour la promotion du français au sein de son Département, en organisant des voyages d’étudiants pour découvrir le fonctionnement des quotidiens français, ou encore invite régulièrement des chercheurs français ou francophones à donner des cours ou participer à des tables rondes à l’université.
Durant la cérémonie, Nikos Bakounakis a remercié la République française pour ce grand honneur et, en clôturant son intervention, a signalé que pour lui la France représente « la géographie de sa vie quotidienne, une géographie vivante qui ne s’est jamais transformée en nostalgie ».

Vana Xenou

Mme Evanthia Xenou, dite « Vana Xenou », artiste internationalement reconnue, a poursuivi ses études artistiques à Paris, successivement à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs (1973-1974) puis à l’École nationale supérieure des Beaux-arts (1974-1978). Dès lors, la France, où elle expose très régulièrement ses sculptures, est devenue sa seconde patrie spirituelle, comme elle l’a signalé lors de son intervention lors de la cérémonie. Parmi ses œuvres les plus importantes, on citera l’exposition sur les Mystères d’Eleusis en 2000, à l’invitation du ministre français de la Culture, à la Chapelle Saint-Louis, ou encore l’exposition Arrivée-Passages en 2007-2008, dans les jardins du Palais Royal. Son parcours artistique foisonnant, qui la mène à exposer dans de nombreux pays, est toutefois indissociable de son activité d’enseignante au département d’architecture de la prestigieuse université polytechnique d’Athènes. Très présente dans le domaine des débats d’idées sur l’art et son rôle grâce à sa participation régulière à des colloques, Vana Xenou est également l’auteur de multiples articles dans le domaine de l’art contemporain et de l’architecture dans des quotidiens d’envergure ou revues spécialisées et a également participé à l’écriture de dictionnaires et ouvrages sur l’art contemporain et l’art néo-hellénique (éditions spécialisées, universitaires ou grand public). C’est une artiste dont les liens avec la France ne se sont jamais démentis.

Μarie-Christine Vandoorne

Récemment nommée attachée culturelle à Athènes, Marie-Christine Vandoorne a su immédiatement mettre à profit son expérience et ses qualités de pédagogue pour nouer un grand nombre de contacts avec les partenaires grecs de l’Institut français de Grèce. Forte d’un parcours à multiples responsabilités autant culturelles qu’éducatives (tour à tour enseignante en lycée, chargée de cours à la Sorbonne Nouvelle et à l’Université de Leiden où elle a initié un DESS sur la France contemporaine), elle a consacré une grande partie de sa carrière au développement de l’enseignement du français et à la promotion de la coopération universitaire et éducative à l’étranger. Elle a su développer de nouvelles compétences en assumant des fonctions très diverses : elle fut ainsi attachée universitaire aux Pays-Bas, directrice de l’Alliance française de Dublin, attachée de coopération pour le français à Rome, directrice de l’Institut français de Tanger-Tétouan, où elle a su gérer une équipe de 130 professeurs et 50 agents administratifs et diriger un établissement accueillant plus de 7000 étudiants, tout en étant commissaire du Salon international de Tanger des Livres et des arts. Marie-Christine Vandoorne n’a pas hésité à faire face à de nouveaux défis à partir de 2011, en acceptant des fonctions totalement nouvelles, celles de directrice du développement culturel et des publics au Centre des monuments nationaux puis d’administratrice du Domaine du Palais-Royal et de la Basilique Cathédrale de Saint-Denis. Ce nouveau poste lui a permis de développer un grand nombre d’actions éducatives en liaison avec le ministère de l’Éducation nationale, de définir des projets innovants en numérique, toujours dans une optique éducative.
Mme Vandoorne a, tout au long de sa carrière, mené de nombreuses activités culturelles au titre du volontariat, toujours tournées vers le développement de la francophonie, notamment avec la participation au lancement du Prix international francophone des 5 continents à Beyrouth en 2011. Elle est elle-même auteur de roman et de pièce de théâtre.

Μarie-Christine Vandoorne, lors de son intervention durant la cérémonie de la remise des Palmes Académiques, a souhaité partager son bonheur de recevoir cette distinction, en terre hellénique, avec laquelle elle a tissé des liens dès son enfance. Cette terre où le passé, si indubitablement essentiel à toute culture occidentale et même au-delà, ne cesse d’émerger et d’activer la créativité des hommes d’aujourd’hui.

(communiqué de presse de l’IFG)

dernière modification le 06/04/2018

haut de la page