Revue de la presse de Grèce du nord du 16 au 31 janvier 2018

POINTS FORTS
BALKANS-RÉGION
-  Question de l’appellation de l’ARYM :
• Grand rassemblement à Thessalonique contre l’emploi du nom « Macédoine » par l’ARYM ;
• Troisième chaine nationale vivement critiquée pour ne pas avoir couvert en direct le grand rassemblement de Thessalonique sur la question de l’appellation de l’ARYM ;
• Large opposition (76%) à une appellation de l’ARYM comportant le terme Macédoine assorti d’un indicatif géographique ;
• Nouvelle formation nationaliste en Grèce ?

ÉCONOMIE
-  Perspectives de développement entre l’Allemagne et Thessalonique dans plusieurs secteurs ;
-  Signature d’un protocole de coopération agro-alimentaire entre les régions de Macédoine centrale et de Toscane ;
-  Mobilisations agricoles en vue du salon agricole de Thessalonique

IMAGE DE LA FRANCE
-  Concours du « le meilleur macaron grec »

BALKANS-RÉGION

Question de l’appellation de l’ARYM :

• Grand rassemblement à Thessalonique contre l’emploi du nom « Macédoine » par l’ARYM

Les médias rendent largement compte du grand rassemblement organisé le 21 janvier à Thessalonique à l’initiative du « Mouvement de Thermaïque heure zéro » (créé en 2012 pour dénoncer « l’occupation du pays »), opposé à tout règlement de la question du nom de l’ARYM qui comporterait le terme « Macédoine ». L’appel de ce mouvement qui se veut « patriote et au-dessus de tout parti », relayé sur les réseaux sociaux, a rapidement pris de l’ampleur. D’après la journaliste Christina Tachiaou (ancienne députée du parti La Rivière), qui a mené l’enquête, ce mouvement a reçu le renfort de la Fédération panhellénique des associations culturelles de Macédoniens, des Unions pan-macédoniennes des Etats-Unis d’Amérique et d’Australie, et de l’Association hellénique internationale, basée également aux Etats-Unis. Ils ont lancé sur le site www.onomasia.gr une pétition contre l’utilisation du nom Macédoine par l’ARYM, avec l’appui de donateurs gréco-américains et d’une trentaine d’unions, associations, municipalités de Grèce du nord (Edessa, Florina, Ampelokipi-Menemeni, etc.) et de l’étranger, et de plusieurs stations télévisées et radiophoniques régionales.

Principal intervenant à la tribune pendant cette démonstration de force, l’ancien chef de l’Etat major grec, le Général Fragos Fragoulis (retraité) a appelé le gouvernement à organiser un référendum, alors que le spécialiste en relations internationales et stratégiques, M. Nikos Lygeros, rappelait que « sans l’accord de la Grèce, Skopje ne pourra adhérer ni à l’UE, ni à l’OTAN ». Les autres intervenants étaient le journaliste Stergios Kalogiros, propriétaire des chaînes Vergina Tv et Smile Tv de Thessalonique, le prêtre crétois Andreas Kefaloyannis et le journaliste d’Anfonitis de Thrace Kostas Karaïskos. « La Macédoine c’est la Grèce et la Grèce c’est la Macédoine » a souligné Mgr Anthimos, métropolite de Thessalonique, dans une brève intervention aux côtés d’autres prélats de la région présents sur l’estrade placée devant la statue d’Alexandre le Grand, contrevenant aux consignes de non-participation exprimées l’avant-veille par l’Archevêque de Grèce, depuis Athènes.

Dans la foule étaient présents le président de la région de Macédoine centrale, M. Tzitzikostas (Nouvelle démocratie), qui a appelé à la démission médiateur de l’ONU, Matthew Nimetz pour avoir inclus le terme Macédoine dans ses différentes propositions. D’autres personnalités étaient également dans le cortège : MM. Gioulekas et Kalafatis (députés locaux de la Nouvelle démocratie), la députée européenne élue à Thessalonique Mme Eva Kaïli, malgré l’opposition de son parti (PASOK) ou encore le Président de l’Union des maires de Macédoine centrale, M. Kyrizoglou (ND). « M. Tsipras, Mme Gennimata et M. Mitsotakis ne doivent pas donner le nom de la Macédoine à Skopje », a averti, de son côté, M. Leventis, président de l’Union des centristes, présent également au rassemblement, comme certains députés d’Aube dorée. Enfin, l’homme d’affaires russe omni-présent en Grèce du nord, Ivan Savvidis, était également présent en sa qualité de président et propriétaire du club de football PAOK qui, comme les deux autres grands clubs de Thessalonique, a appelé à participer à la manifestation.

Le nombre de participants venus des quatre coins de la Macédoine, de Thrace et même de Crète, s’élèverait à 200 000 selon le site Voria.gr, contre 500 000 selon les organisateurs et 90 000 selon la police.

« Le gouvernement de notre pays voisin se doit de trouver des solutions qui permettront à la Grèce de l’aider » a noté, dans un communiqué, Mme Kollia-Tsarouha, Secrétaire d’Etat de Macédoine-Thrace, qui, cependant, ne participait pas au rassemblement, contrairement à d’autres députés de son groupe parlementaire des Grecs indépendants (ANEL).
« La participation impressionnante au rassemblement montre la grande sensibilité de la société à la question de l’appellation de Skopje. Je respecte et partage cette sensibilité » a indiqué M. Mitsotakis depuis Athènes après la fin du défilé, président de la Nouvelle Démocratie, qui, selon le site MyPortal.gr, « aura désormais du mal à répéter, comme lors de sa dernière tournée à Pella et Piérie, son attachement à la ligne adoptée par son parti au sommet de l’OTAN favorable à l’adoption d’une appellation composée comprenant le nom Macédoine ».

A l’opposé, M. Stavros Theodorakis, président de La Rivière, s’est clairement positionné contre ce rassemblement, « pour éviter notamment la création de la Grande Albanie et d’un arc musulman par la Turquie » qui résulterait de la dissolution de l’ARYM. 

Pour leur part, en soutien à ce rassemblement, Radio Thessaloniki (n°1 à Thessalonique) et l’hebdomadaire associé ThessNews, avaient dénoncé les « vues irrédentistes » envers la Grèce exprimées notamment dans les ouvrages scolaires de l’ARYM « dans lesquels les auteurs s’efforcent de cacher le caractère hellénique de la Macédoine ». De centre-gauche, le directeur de cette radio souligna le caractère populaire de ce mouvement, tout en reconnaissant les bénéfices dont pourrait en tirer d’un tel évènement l’extrême-droite.
Les organisateurs du rassemblement avaient également reçu le soutien de la Société d’études macédoniennes de Thessalonique qui a publia sur son site une motion contre toute utilisation par Skopje « du terme Macédoine ou de ses dérivés », s’insurgeant contre le fanatisme et les visées irrédentistes du pays voisin à l’égard de la Grèce.

Le nom du maire de Thessalonique M. Boutaris Thessalonique a été vivement hué par la foule, pour avoir notamment invité et accueilli en visite privée le Premier ministre de l’ARYM Zoran Zaev le 31 décembre et suite à ses déclarations favorables à une résolution rapide de la question et à son soutien aux efforts et aux propositions du médiateur.

« Toute cette hystérie est le résultat du très mauvais niveau d’information » a souligné M. Boutaris au lendemain du rassemblement. « Tout ceux qui crient que la Macédoine est seulement grecque sont des idiots et des incultes (…) Ils ne comprennent pas que cette position est agressive. Nous occupons 50% du territoire historique de la Macédoine, l’ARYM 40% et la Bulgarie 10%. Nous disons que nous la voulons toute entière, alors qu’eux ne le revendiquent pas (…) Si nous aboutissons à un accord sur le nom de Nouvelle Macédoine, il faudra qu’ils s’appellent Néo-Macédoniens, leur langue néo-macédonienne (…), sur le modèle de la Nouvelle Zélande, de New York, ou de la Nouvelle Guinée. Ils s’agit d’un nouveau pays (…) Les autres indications comme nord et sud sont mauvaises car elles cachent de l’irrédentisme (…). » « Il est impossible que le nouveau nom ne comporte pas le terme Macédoine », a-t-il conclu.

Des exactions ont été commises par les groupes extrémistes nationalistes à l’occasion de ce rassemblement. Une demeure, occupée depuis une dizaine d’années et transformée en école du soir par des anarchistes, a été incendiée par un groupe de militants cagoulés de la mouvance d’extrême droite et des membres du parti d’extrême-droite Aube dorée ont tagué le monument en mémoire de la Shoah situé dans le centre-ville (Protagon.gr, Voria.gr, Karfitsa.gr, ThessNews.gr, MyPortal.gr, iefimerida.gr, Typosthes.gr, 18, 21, 22 et 23 janvier).

• Critiques contre ERT

La troisième chaîne nationale ERT3 a fait l’objet de vives critiques, notamment de députés de la Nouvelle Démocratie, pour ne pas avoir couvert en direct le grand rassemblement de Thessalonique sur la question de l’appellation de l’ARYM. « Le savez vous que le Pakistanais a réalisé plusieurs documentaires pour ERT et est descendu, à plusieurs reprises, dans les tombes (antiques) macédoniennes en vue de mettre en valeur les antiquités de la Macédoine et son histoire ? », a indiqué, dans un communiqué le directeur d’ERT3, M. Alexandros Kander Bax en réponse aux attaques racistes à ce sujet sur les réseaux sociaux (Voria ;gr, 24 janvier).

• Sondage sur l’appellation de l’ARYM

ThessNews publie les résultats d’un sondage (réalisé avant le rassemblement de Thessalonique), selon lequel 76 % des personnes interrogées de la région de Macédoine seraient opposées à une appellation pour l’ARYM qui comporterait le terme Macédoine assorti d’un indicatif géographique. Seuls 22 % seraient favorables à une telle solution, alors que 2 % des personnes interrogées auraient préféré s’abstenir. Cependant, 70 % des personnes interrogées verraient comme positive l’éventualité d’adhésion de l’ARYM à U.E. et l’OTAN (ThessNews, 27 janvier).

• Nouvelle formation nationaliste ?

Le site Voria.gr relève l’éventualité de création d’un nouveau parti patriotique qui résulterait de l’unification des formations politiques nationalistes Patrida de M. Panagiotis Psomiadis et LAOS de Georgos Karatzaferis, « pour combler le vide politique existant entre la droite de la Nouvelle démocratie et la gauche de l’Aube dorée ». Cette idée aurait ressurgi à la suite au grand rassemblement du 21 janvier à Thessalonique opposé à tout règlement de la question de l’appellation de l’ARYM comprenant le terme Macédoine ou ses dérivés. Les deux hommes chercheraient également à rallier à leur mouvement les organisateurs de ce rassemblement, notamment l’ex-général Fragos Fragoulis. Par ailleurs, ils envisageraient d’apporter leur appui aux prochains rassemblements prévus sur cette question le 4 février à Athènes et le 11 février à Serres (Voria.gr, 25 janvier).

Allemagne-Thessalonique

« Les travaux d’infrastructure en cours (aéroport, port et métro), une fois terminés, changeront la ville de Thessalonique, la rendant plus attractive pour les investisseurs étrangers », a souligné le Consul général d’Allemagne, M. Walter Stechel, lors de sa rencontre avec le nouveau président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Thessalonique, M. Ioannis Masoutis. Par ailleurs, le diplomate allemand aurait montré un intérêt particulier pour le développement du commerce en détail, notamment dans le secteur de l’alimentation. Pour sa part, M. Masoutis a appelé les entrepreneurs allemands à investir en Grèce dans les secteurs du tourisme, de l’alimentation et de l’énergie.
En 2016, les exportations de la Grèce vers l’Allemagne ont augmenté de 3,3% par rapport à 2015 (avec 1,96 Mds €, l’Allemagne est le deuxième client de la Grèce derrière l’Italie) et les importations en Grèce de produits allemands de 4,1% (avec 4,9 Mds € l’Allemagne est en tête des importations grecques) (Voria.gr, 25 janvier).

ÉCONOMIE

Macédoine centrale-Toscane

Signature d’un protocole de coopération agro-alimentaire entre les régions de Macédoine centrale et de Toscane. La Macédoine centrale pourra ainsi tirer profit du savoir-faire de la Toscane en matière agro-alimentaire, ainsi qu’en matières touristique, culturel et d’innovation (Thestival.gr, 24 janvier).

Mobilisations agricoles

Front commun entre les agriculteurs de Macédoine centrale et orientale, et de Thessalie, en vue de mobilisations agricoles communes le 1er février à Thessalonique en marge du salon de l’agriculture « Agrotica » en réaction aux nouvelles mesures touchant le secteur (Seleo.gr, 25 janvier).

IMAGE DE LA FRANCE

Concours de macarons

Le concours du « meilleur macaron grec » organisé à l’initiative de l’Ambassade de France en Grèce en coopération avec le Consulat général de France à Thessalonique, est largement relayé par tous les médias locaux (Internet, TV et radios), suite à la conférence de presse de rentrée du Consul général et directeur de l’Institut du 11 janvier et à la diffusion du règlement du concours depuis le 15 janvier (TyposThes.gr, Parallaximag.gr, ThessNews.gr, Voria.gr, Thestival.gr, 11 et 19 janvier).

Sources :
- Presse écrite de Thessalonique : « ThessNews »
- Presse écrite régionale : « O Chronos » (Komotini), « Empros » (Xanthi), « Gnomi » et « Eleftheri Thraki » (Alexandroupolis)
- Presse électronique de Macédoine : « Voria.gr », « Thestival.gr », « Karfitsa.gr », « ThessNews.gr », « Cityportal.gr », « Seleo.gr », de Thessalie : « Thessalia online », « Larissanet.gr », « Eleftheria.gr »
- Presse électronique de Thrace : « Thrakitoday.com », « Gatzoli.gr », « Azinlikça.net » (presse de la communauté musulmane de Thrace) et d’Epire : « NeoiAgones.gr », « Agon.gr », « ProinosLogos.gr »
La revue de la presse est préparée une fois par semaine par le service de presse du Consulat et est destinée à tous celles et ceux qui désirent s’informer en français sur l’actualité hellénique telle qu’elle apparaît dans les quotidiens grecs de Grèce du nord.
Clause de non-responsabilité :
La revue ne prétend pas être exhaustive. Elle a un caractère d’information. Le Consulat Général ne saurait en aucun cas être responsable des articles parus dans la presse grecque.
Abonnement  : Vous pouvez, sur demande, vous abonner à la revue de la presse. Vous recevrez la revue une fois par semaine par messagerie électronique. Envoyez votre message en mentionnant dans l’objet "Abonnement à la revue de presse".

Abonnement/Désabonnement

dernière modification le 16/02/2018

haut de la page