Revue de la presse de Grèce du nord du 16 mai au 11 juin 2018

POINTS FORTS
VIE POLITIQUE-SOCIÉTÉ
-  Le maire de Thessalonique resserre les rangs de sa formation politique à la faveur de l’agression qu’il a subi lors d’un rassemblement pontique le 19 mai ;

ÉCONOMIE
-  Président de Terminal link SAS du Groupe CMA CGM : « Nous investirons pour que le port (de Thessalonique) devienne l’entrée des Balkans » ;
-  Présence de grosses multinationales américaines à la 83ème Foire internationale de Thessalonique (septembre 2018), où les Etats-Unis seront à l’honneur ;
-  Grèce du nord : prochain « centre logistique du Sud-est européen », grâce à la nouvelle liaison ferroviaire Grèce-Bulgarie ;
-  Porte-parole de la Commission européenne : « L’adhésion de la Bulgarie et Roumanie à l’espace Schengen créera un Benelux balkanique » ;
- 
-  Visite à Paris de maires de Macédoine centrale pour étudier les bonnes pratiques en matière de gestion des déchets solides ;

CULTURE-ÉDUCATION
-  Création d’un Centre UNESCO de gestion intégrée et multidisciplinaire des ressources en eau à l’Université d’Aristote de Thessalonique ;
-  Exposition d’Arts plastique et appliquées à l’Institut français de Thessalonique ;
-  Création d’un nouveau campus de l’Université de Macédoine à Thermi ;

BALKANS-RÉGION
-  Appellation de l’ARYM :
• Organisation de manifestations dans 15 villes de Macédoine contre l’utilisation du terme « Macédoine » dans la nouvelle appellation de l’ARYM ;
• M. Kouloglou, député européen du SYRIZA : « Les rassemblements ne peuvent définir la politique extérieure d’un pays » ;
• Industriels de Grèce du nord : « Le règlement du problème entre la Grèce et l’ARYM s’impose dans le cadre de l’affirmation de notre pays en tant que facteur de stabilité dans la région » ;
-  Tournée « électorale » à Komotini du Président du Parti Républicain du peuple pour l’élection présidentielle turque du 24 juin ;
-  Reportage du journal Le Monde sur Edirne « résolument anti-Erdogan » et touchée par le boycottage grec lancé en réaction à l’emprisonnement de deux soldats grecs égarés en territoire turc ;
-  Déploiement de drones américains dans une base militaire grecque de Larissa ;

SÉCURITÉ
-  Nouveau report de l’examen de la demande d’extradition vers la France d’un parrain de la mafia géorgienne arrêté à Thessalonique ;

MIGRANTS ET RÉFUGIÉS
-  Forte diminution du nombre de migrants traversant la frontière terrestre gréco-turque ;

IMAGE DE LA FRANCE
-  Large couverture médiatique du décès de Serge Dassault.

VIE POLITIQUE-SOCIÉTÉ

Agression contre le maire de Thessalonique

La presse rend largement compte de l’agression contre le maire de Thessalonique, M. Yiannis Boutaris, le 19 mai lors d’un rassemblement en mémoire du génocide pontique, par des « voyous d’extrême droite », comme a indiqué dans un tweet le Premier ministre grec.
« Les examens (médicaux) sont bons. Les médecins veulent que je reste à l’hôpital (Hippocratio) purement par précaution. Ce que j’ai vécu était un vrai cauchemar. Ils étaient un certain nombre et me frappaient sur tout le corps (...) Je ne crois pas qu’il s’agissait de Pontiques. D’ailleurs, j’ai de très bonnes relations avec les Pontiques » a déclaré M. Boutaris. Les trois associations pontiques organisatrices de la manifestation en question ont aussitôt condamné l’agression, comme d’ailleurs toute la classe politique grecque. A Kavala, un conseiller municipal de la majorité s’est vu obligé de démissionner suite à ses propos sur facebook félicitant les auteurs de l’agression. Plus d’une dizaine d’inculpés dans l’affaire ont été interpellées par la police les jours suivants.
Environ 300 personnes, dont des membres du Mouvement contre le racisme et la menace fasciste, ont manifesté le 23 mai devant la Tour Blanche contre l’agression en question, appelant parallèlement à la fermeture de l’antenne thessalonicienne du parti d’Aube dorée (Thestival.gr, 23 mai).
Selon Voria.gr, cette agression était inéluctable contre un maire connu en Grèce pour ses positions libérales sur l’homosexualité, son point de vue favorable à une appellation pour l’ARYM comprenant le terme Macédoine, mais aussi pour sa volonté de réhabiliter et promouvoir le passé multiculturel de la ville (notamment ouverture aux touristes turcs et juifs).
« Qu’il le veuille ou non, il est le symbole de cette lutte (contre le fascisme) » a souligné Premier Ministre Alexis Tsipras, à l’issue de son entretien avec M. Boutaris, le soutenant ainsi indirectement en vue des élections municipales de 2019. De plus, pour ThessNews, cette agression a resserré les rangs de la formation politique du maire (Thestival.gr, voria.gr, To Pontiki.gr, Karfitsa.gr, ThessNews, 19, 20, 21 et 26 mai).

ÉCONOMIE

Thessalonique-Etats-Unis

« La 83ème Foire internationale de Thessalonique, où les Etats-Unis seront le pays à l’honneur, peut constituer une grande occasion pour la réussite d’un parcours post-mémorandum de la Grèce » a estimé le Président de la Chambre de commerce gréco-américaine Simos Anastassopoulos. Cependant, selon lui, le gouvernement grec devra créer une « environnement plus amical pour l’entreprenariat », notamment américain qui manifeste déjà un intérêt particulier pour les secteurs grecs de l’énergie, du tourisme, de l’immobilier et de la logistique. « Nous avons un marché, celui du Sud-est européen, où la Grèce est le leader et Thessalonique son centre » a souligné le DG de la chambre en question, M. Ilias Spyrtounias, qui propose également la tenue de manifestations en marge du salon, comme une table-ronde avec la participation de fonds financiers intéressés pour des investissements en Europe du sud.
Le secrétaire d’Etat américain au Commerce Wilbur Ross inaugurera le pavillon américain devant accueillir de multinationales américaines comme Lockheed Martin, Microsoft, Pfizer, Coca Cola, Cisco, Hewlett Packard, IBM Hellas, Facebook, Google, etc. L’éventualité d’une visite du vice-président américain Mike Pence ne serait pas écartée.
« La participation américaine, axée principalement sur l’innovation et les technologies, peut constituer une grande occasion pour que Thessalonique devienne un hub technologique », a indiqué, pour sa part, le président de la FIT-Helexpo Tassos Tzikas (Thestival.gr, 5 juin).

Liaison ferroviaire gréco-bulgare

La presse revient, une fois de plus, sur « Le projet des 3 Mds € qui changera le visage de la Grèce du nord », se référant au projet de liaison ferroviaire entre six ports grecs (Thessalonique, Kavala et Alexandroupolis) et bulgares (Bourgas, Varna et Roussé). Selon Voria.gr, l’étude de viabilité du projet serait positive, devant, dans dix à quinze ans, transformer la Grèce du nord en centre logistique du Sud-est européen. Soutenue par Athènes et Sofia, cette liaison ferroviaire gréco-bulgare permettrait d’éviter les détroits du Bosphore déjà saturés par un trafic dense (Voria.gr, 1er juin).

Grèce-Balkans
« La Grèce, en particulier la Grèce du nord, aura beaucoup à gagner de l’espace commun qui sera créé avec l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’espace Schengen, un Benelux balkanique qui s’étendra de la Mer Noire, au Danube et à la mer Egée », a indiqué M. Margaritis Schinas, porte-parole de la Commission européenne, à l’occasion de la 43ème Assemblée générale de l’Association des exportateurs de Grèce du nord, le 20 mai à Thessalonique.
« L’intégration de l’Organisme du port de Thessalonique (OLTH) aux réseaux de Terminal link et par extension à ceux de la maison mère CMA CGM a pour conséquences le transfert d’un énorme savoir-faire et la mise en valeur de sa longue liste de clients », a noté, pour sa part, M. Sotiris Theofanis, président de l’OLTH (Voria.gr, 21 mai).

Port de Thessalonique
« La région s’est engagée et avance dans la liaison du port avec le chemin de fer et le réseau routier balkanique » a affirmé Mme Patoulidou, vice-présidente de Macédoine centrale en charge de Thessalonique, lors d’une séance rassemblant le ministre de la Marine marchande, le maire de Thessalonique, le président de l’Union des exportateurs de Grèce du nord, le vice-présent de l’Organisme du port de Thessalonique et le Président de Terminal link SAS du Groupe CMA CGM, M. Farid Salem. « Nous investirons pour que le port devienne l’entrée des Balkans. Nous voulons avoir une meilleure liaison ferroviaire et routière, et un fonctionnement 24h/24 des douanes » a indiqué ce dernier (Thestival.gr, 15 mai).

Traitement des déchets solides

« Intérêt français pour l’eau et les déchets de Thessalonique » titre Thestival.gr, rendant compte de la visite à Paris d’une délégation de maires de l’agglomération thessaloncienne dirigée par M. Geranis, directeur de la Société de gestion des déchets de Macédoine centrale (FODSA), en vue d’étudier les bonnes pratiques en matière de gestion des déchets solides, en collaboration avec la Chambre franco-hellénique de Commerce et d’Industrie de Grèce.
« Notre ambition pour la Grèce est d’accompagner le développement et la gestion des infrastructures de l’eau et des déchets (…) Nous voulons aider la Compagnie des eaux et égouts de Thessalonique (EYATH), mais il faut que les Grecs et la population de Thessalonique le veulent aussi » a noté M. Rossignol, directeur général de Suez, à l’issue de la visite de la délégation grecque dans un centre d’incinération de déchets à Paris (Thestival.gr, 15 mai).
« Le moment est venu pour examiner sérieusement, à des fins énergétiques, la combustion des résidus des ordures ménagères ne pouvant être recyclées » a conclu M. Geranis (ThesNews, 19 mai).
Invité à commenter la visite « très critiquée » des maires de Macédoine centrale chez Suez, M. Famellos, Secrétaire d’Etat à l’Environnement et à l’Energie, a clairement exclu « toute privatisation de l’eau et des déchets » (Thessnews, Thestival.gr, 2 juin et 17 mai).

CULTURE-ÉDUCATION

Université d’Aristote-UNESCO

Ratification le 30 mai au Parlement grec de l’accord signé entre l’UNESCO et le gouvernement grec de création d’un Centre de gestion intégrée et multidisciplinaire des ressources en eau à l’Université d’Aristote de Thessalonique, en tant que Centre UNESCO de catégorie II. Selon Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, M. Yannis Amanatidis, grâce à cet accord « l’université d’Aristote peut jouer un rôle important dans les Balkans et en Méditerranée ». « 25 % des ressources en eau de la Grèce proviennent de nos voisins du nord » a-t-il ajouté, voulant ainsi marquer l’importance de cet accord (Thestival.gr, 31 mai).

Exposition « 3xxx »

Exposition d’œuvres de 3 des 7 ateliers du Département des Arts Plastiques et Appliqués de l’École des Beaux-arts de l’Université Aristote de Thessalonique, du 23 mai au 20 juin 2018 à l’Institut français de Thessalonique (Thestival.gr, 22 mai).

Université de Macédoine

La presse note la décision du rectorat de l’université de Macédoine de créer un nouveau campus universitaire sur un terrain de 11,5 hectares concédé par la municipalité de Thermi, située dans la banlieue Est de Thessalonique (Voria.gr, 29 mai).

BALKANS-RÉGION

Appellation de l’ARYM

Manifestations

La presse rend compte des manifestations organisées le 6 juin dans quinze villes de Macédoine (Pella, Kavala, Drama, Serres, Kilkis, Polykastro, Langada, Nea Moudania, Edessa, Florina, Kastoria, Ptolemaïda, Katerini, Veria et Siatista) et de neuf autres villes de Grèce (Larissa, Ioannina, Volos, Thèbes, Corfou, Rhodes, Halkida, Cannée et Kos), en présence d’ecclésiastiques et de représentants de collectivités locales, dont du Président de la Région de Macédoine centrale Apostolos Tzitzikostas, en signe de protestation contre l’utilisation du terme « Macédoine » dans la nouvelle appellation de l’ARYM.
« D’Edessa, des terres saintes de Pella (capitale de la Macédoine antique) et à partir d’autres villes de Grèce, il n’existe qu’un seul message : la Macédoine est grecque et restera grecque, que M. Kotzias (ministre grec des affaires étrangères) le comprenne », a scandé M. Patoulis, président de l’Union des municipalités de Grèce, appelant parallèlement le gouvernement grec à organiser un référendum sur la question du nom de l’ARYM (Thestival.gr, 6 juin).
Auparavant, l’« Association panhellénique des associations valaques » avait exprimé son soutien aux manifestations en question (ThessNews, 2-3 juin).

SYRIZA

« Les rassemblements ne peuvent définir la politique extérieure d’un pays. est de notre intérêt national de régler le problème de l’appellation (de l’ARYM) de manière à tourner notre attention sur le réel défis qu’est la Turquie », a déclaré M. Kouloglou, député européen du SYRIZA, à l’occasion d’une conférence portant sur « Les évolutions européennes et la Gauche », le 5 juin à Thessalonique. Pour sa part, M. Papadimoulis, député européen grec et vice-président du Parlement européen, a vivement critiqué la position du président de la Nouvelle démocratie Kyriakos Mitsotakis opposée à la ligne tracée par son père Constantin Mitsotakis et l’ex-Premier ministre grec Costas Caramanlis favorables tous deux à une appellation pour l’ARYM comportant le terme Macédoine ou l’un de ses dérivés. « La question est de savoir si Kyriakos Mitsotakis soutient la position de son père ou celle d’Antonis Samaras qui a renversé son père (à ce sujet) » a-t-il conclu (RThess.gr, 5 juin)

Industriels

“Le règlement du problème entre la Grèce et l’ARYM s’impose dans le cadre de l’affirmation de notre pays en tant que facteur de stabilité dans la région (…)En particulier pour Thessalonique, le règlement du problème est une condition indispensable pour que son port devienne vraiment un "euro-port" et puisse constituer un hub pour sa liaison fluviale avec le Danube et un point de départ de la liaison commerciale entre la Méditerranée et l’Europe centrale » a souligné le président de l’Union des industries du Nord de la Grèce (SVVE) Athanassios Savvakis. "Les thèses utopistes et hors réalité conduirot la Grèce à des impasses et, éventuellement, à un isolement international”, a-t-il averti (Iefimerida.gr, 4 juin).

Grèce-Turquie

La presse rend largement compte de la visite, le 31 mai à Komotini, de M. Muharrem Ince, candidat du Parti Républicain du peuple (CHP, social-démocrate) pour l’élection présidentielle turque du 24 juin. « J’ai de la famille ici (…) Les citoyens de Thrace ne peuvent peut-être pas voter mais leurs familles en Turquie le peuvent », a-t-il déclaré, devant quelque 150 personnes dans l’enceinte de la « dénommée Jeunesse turque de Komotini », pour justifier sa tournée « électorale » sachant que les membres de la minorité musulmane de Thrace n’ont pas le droit de voter en Turquie. « Je lutte pour que la Turquie devienne un Etat de droit et je suis de près la question des deux militaires (grecs), mais je ne suis pas en mesure d’intervenir auprès de la Justice à ce sujet », a-t-il souligné, interrogé sur le sort des deux soldats détenus en Turquie depuis mars dernier pour s’être égarés en territoire turc. Enfin, il s’est rendu à l’« Association des instituteurs turcs », puis sur la tombe de l’ancien député musulman Ahmet Sadik, avant de partir en direction de la Bulgarie. Deux ressortissants turcs ont été interpellés par la police grecque à cette occasion, puis relâchés, pour avoir tenté d’afficher un panneau électoral (O Chronos, Paratiritis-news.gr, Thestival.gr, 31 mai et 1er juin).
Edirne

Le site Thestival.gr publie un reportage du journal Le Monde sur Edirne, ville de la partie européenne de la Turquie, qui est « résolument anti-Erdogan » et « où les touristes grecs ne viennent plus (…) depuis l’arrestation de deux soldats égarés en territoire turc et promis à un procès pour espionnage » (Thestival.gr, 1er juin).

Grèce-Etats-Unis

« Le gouvernement américain collabore avec la Grèce dans le but de l’assister à maintenir la sécurité et la stabilité en mer Egée et en Méditerranée du Sud-Est », a déclaré M. Pyatt, ambassadeur des Etats-Unis en Grèce, lors d’une visite en compagnie de M. Kammenos, ministre grec de la Défense, à la base d’aviation de Larissa qui depuis peu abrite des drones américains de type MQ-9. « La Grèce deviendra bientôt un pays producteur de gaz naturel et peut-être plus tard de pétrole. Notre coopération étroite avec les Etats-Unis est donc très importante ainsi que la sécurité qu’elles offrent ici », a indiqué, pour sa part, M. Kammenos (Larissanet.gr, 31 mai).

SÉCURITÉ

Crime organisé

Nouveau report de l’examen de la demande d’extradition vers la France de M. Lasha Shushanashvili, parrain de la mafia géorgienne arrêté en avril à Thessalonique, suite à une enquête policière franco-grecque (cf. Revue de presse du 17/4-7/5/2018). Le juge a dû interrompre la séance après une altercation avec l’avocate de l’accusé, Mme Zoï Constantopoulou, ex-présidente (SYRIZA) du Parlement hellénique (Voria.gr, 31 mai).

MIGRANTS ET RÉFUGIÉS

Immigration clandestine

Sous la manchette « La main invisible de la Turquie a diminué les flux migratoires en Evros », le quotidien de Thrace I Gnomi relève une forte diminution du nombre de migrants traversant la frontière terrestre gréco-turque : « 4 000 Syriens, Pakistanais, Afghans, etc. en avril contre seulement quelques centaines en mai ». Cette forte diminution serait liée, en grande partie, au contrôle accru des frontières par les Turcs « qui veulent ainsi montrer aux Européens que seule la Turquie est en mesure de contrôler les flux vers la Grèce, en particulier via l’Evros ». La Grèce craindrait ainsi fortement une réouverture des « vannes migratoires », les seize centres d’accueil de réfugiés et migrants en Thessalie, Epire et Macédoine étant déjà saturés (I Gnomi, 22 mai).
Selon l’ONG grecque ARSIS (protection des jeunes), les centres de Diavata et Langadikia accueilleraient respectivement 1 900 et 680 réfugiés et migrants, dépassant ainsi largement leurs capacités maximales respectives de 750 et 360 personnes (Thestival.gr, 23 mai).

IMAGE DE LA FRANCE

Décès de Serge Dassault

Large couverture médiatique du décès de Serge Dassault, dont l’épouse et trois de ses enfants avaient visité Thessalonique en 2012, comme le rappelle la presse thessalonicienne, « sur les traces de leurs ancêtres Allatini ». La salle Allatini-Dassault de l’Institut français de Thessalonique avait d’ailleurs été inaugurée à cette occasion (Protagon.gr, Voria.gr, 31 et 28 mai).

Sources :
- Presse écrite de Thessalonique : « ThessNews »
- Presse écrite régionale : « O Chronos » (Komotini), « Empros » (Xanthi), « Gnomi » et « Eleftheri Thraki » (Alexandroupolis)
- Presse électronique de Macédoine : « Voria.gr », « Thestival.gr », « Karfitsa.gr », « ThessNews.gr », « Cityportal.gr », « Seleo.gr », de Thessalie : « Thessalia online », « Larissanet.gr », « Eleftheria.gr »
- Presse électronique de Thrace : « Thrakitoday.com », « Gatzoli.gr », « Azinlikça.net » (presse de la communauté musulmane de Thrace) et d’Epire : « NeoiAgones.gr », « Agon.gr », « ProinosLogos.gr »

La revue de la presse est préparée une fois par semaine par le service de presse du Consulat et est destinée à tous celles et ceux qui désirent s’informer en français sur l’actualité hellénique telle qu’elle apparaît dans les quotidiens grecs de Grèce du nord.

Clause de non-responsabilité :
La revue ne prétend pas être exhaustive. Elle a un caractère d’information. Le Consulat Général ne saurait en aucun cas être responsable des articles parus dans la presse grecque.

Abonnement  : Vous pouvez, sur demande, vous abonner à la revue de la presse. Vous recevrez la revue une fois par semaine par messagerie électronique. Envoyez votre message en mentionnant dans l’objet "Abonnement à la revue de presse".

Abonnement/Désabonnement

dernière modification le 19/06/2018

haut de la page