Visite à Alexandroupolis et Orestiada

A la Chambre de Commerce et d'Industrie Evros
A la Maison d'Antoinette
A la Mairie d'Alexandroupoli
Avec des Français de la région
Prefecture d'Evros
A la Mairie d'Orestiada
Ecole primaire Kyrillio
Musée d'Orestiada

Le Consul général s’est rendu en visite officielle à Alexandroupolis et Orestiada, les 18 et 19 septembre 2012, en compagnie de la Consule honoraire de France, Mme Marina Doulami.

A Alexandroupolis, il a rencontré le président de la Chambre de commerce d’Evros, M. Christodoulos Topsidis, le maire d’Alexandroupoli, M. Evaggelos Lampakis, la Préfète d’Alexandroupoli, Mme Georgia Nikolaou, la présidente de l’Association de l’Amitié franco-hellénique « La Maison d’Antoinette », Mme Catherine Mavromara-Lazaridou, et les Français de la région.
Le Consul général s’est informé des projets de développement local (communications, privatisation du port et de l’aéroport de la ville, transports combinés, etc.) dans le cadre des programmes européens, des perspectives de coopération dans le domaine touristique avec la France, ainsi que du projet de visite de membres de la Chambre d’Evros au Salon International de l’Agroalimentaire de Paris (SIAL2012) en octobre prochain. Des appels d’offres devraient, d’ici la fin de l’année, être lancés pour l’exploitation des puits géothermiques de la région et pour la création d’un grand centre de recyclage et traitement écologique des déchets d’Evros et du Rhodope. La visite à Alexandroupolis s’est clôturée par un déjeuner avec des journalistes de la région.

A Orestiada, le Consul général, directeur de l’Institut français de Thessalonique, a remis des livres à la 1ère école primaire « Kyrillio » en guise de soutien aux ateliers d’éveil au français mis en place par les professeurs de français, M. Vassilis Haskis et Mme Maria Tzanoglou, en présence du directeur de l’école M. Georgios Riziotis .
En compagnie du maire d’Orestiada, M. Dimitrios Mouzas, M. Le Rigoleur a visité le musée d’Orestiada et la nouvelle « bibliothèque d’Adrianoupoli » qui recueille de nombreux ouvrages français du 17ème et 18ème siècle, qui se trouvaient à Andrinople avant qu’elle ne passe sous souveraineté turque en application du Traite de Lausanne.

dernière modification le 07/08/2014

haut de la page